Rechercher
  • marcbedardlm

COP21 : une réussite à la fois historique et modérée


Le groupe 350 Hearst avait précédemment traité de la Conférence de Paris sur le climat et les changements climatiques à Paris, aussi connue sous l’appellation COP21. Cette conférence s’est terminée à la mi-décembre par la signature d’un accord, accord à la fois acclamé, mais également critiqué.

Selon cet accord ralliant près de 195 pays, le réchauffement climatique doit se limiter à 2°C, un réchauffement de 1,5°C étant préférable. Les pays développés verseront au moins 100 milliards de dollars aux pays en voie de développement chaque année pour les aider dans la lutte aux changements climatiques. Il est reconnu qu’un réchauffement supérieur à 2°C serait catastrophique; il occasionnerait notamment une augmentation et une amplification du niveau des mers, des tempêtes, des sécheresses, de l’injustice alimentaire et climatique notamment. Une analyse et une révision de l’accord auront lieu tous les 5 ans à partir de 2023.

Le nouveau gouvernement libéral de Justin Trudeau maintient les cibles établies par le gouvernement précédent, soit de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 30 % d’ici 2030. Le Canada investira également 2,65 milliards de dollars dans les énergies durables et les pays en voie de développement d’ici cinq ans. La Conférence de Paris a sans aucun doute rallié la planète entière ; tous se sont entendus sur l’urgence d’agir maintenant et le scepticisme n’était pas au rendez-vous, ce qui est sans précédent!

Malgré toute cette bonne volonté, l’accord compte tout de même son lot de faiblesses. D’abord, aucune mesure concrète n’a été mise en place pour atteindre sont but de limiter le réchauffement; en effet, aucun objectif chiffré de réduction des gaz à effet de serre n’a été fixé. De plus, le réchauffement se situerait plutôt à 3°C ou plus si toutes les nations respectaient leurs promesses. Afin de respecter le seuil de 2°C, les émissions doivent diminuer de 40 % à 70 % entre 2010 et 2050, pour être nulles d'ici 2100. Par ailleurs, les experts estiment que les révisions qui auront lieu à chaque 5 ans à compter de 2023 devraient avoir lieu beaucoup plus tôt puisque ce sont plutôt les 5 prochaines années qui s’avèrent critiques! Finalement, les pays ne respectant pas leurs engagements ne seront pas pénalisés; leur succès dépend donc seulement de leur propre volonté.

Bref, un accord comme celui de la Conférence de Paris est remarquable et consiste en un pas dans la bonne direction. Cependant, les mesures concrètes et les échéances étant insuffisantes et quasi absentes, il est à se questionner sur l’efficacité de l’entente. La ministre de l’Environnement et du Changement climatique du Canada, Catherine McKenna, souligne qu’un travail énorme reste à être accompli afin d’atteindre les cibles canadiennes et internationales afin de limiter les émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement climatique. La suite décidera du cours de l’histoire et de l’humanité; c’est à suivre!

#COP21 #ConférencedeParis #changementsclimatiques #réchauffementplanétaire #cibles #accordmondial

1 vue

Questions ou commentaires?

 

N'hésitez pas à communiquer avec nous.

 

​Téléphone : ​705-372-1781 poste 273

Courriel : crridec@uhearst.ca

Pour aller plus loin...

 

Le site suivant vous permettra de pousser vos réflexions sur les enjeux du 21e siècle.

 

Le Procès Frankenstein

Suivez nous...

 

Restez à l'affût de nos nouveautés en aimant notre page Facebook.

  • Wix Facebook page
© 2015 par le CRRIDEC